Manifestations, débats, projection, etc...
à venir.




Mai 2018

03 mai "Colères du temps"    03 mai Expo    16 mai    30 mai


Cycle « Colères du Temps »

« Classe de lutte»

Un documentaire du Groupe Medvedkine (1969) Durée: 37 mn

Le premier film réalisé par les ouvriers du Groupe Medvedkine. Il suit la création d'une section syndicale CGT dans une usine d'horlogerie par une ouvrière, entr'aperçue dans le film de Chris Marker et Mario Marret, " À bientôt, j'espère ", et dont c'est le premier travail militant en 1968.
On y découvre comment Suzanne réussit à mobiliser les autres femmes de l'entreprise, malgré la méfiance des dirigeants syndicaux et les intimidations du patronat.



« Le joli mois de mai»

Un documentaire de l'ARC (1968) Durée: 33 mn

Les manifestations de 68 à travers l'Europe.
Regard sur quelques événements précis qui ont particulièrement marqué Mai 68.



Jeudi 03 mai 2018, projection à 20h30, suivie d’un « Fallait-pas » pour ceux qui veulent discuter après le film
au Centre Ascaso Durruti, 6 rue Henri René - Montpellier.




« Little boy blue »

Exposition de gravures de Julien Mortimer




Le mercredi 02 mai, jeudi 03 mai et samedi 05 mai 2018, l'exposition sera ouverte de 14h30 à 18h
au Centre Ascaso Durruti, 6 rue Henri René - Montpellier.





"La revanche des femmes"
paru aux éditions L'Asymétrie
Présentation-débat du livre de He-Yin Zhen par le préfacier Jean Jacques GANDINI
Il s'agit d'un recueil de textes écrits par une jeune anarchiste chinoise dans le périodique "Justice Naturelle " en 1907, d'une surprenante actualité.
Féministe convaincue, pour elle l'émancipation des femmes par la seule lutte pour l'accession à la citoyenneté n'est qu'une rhétorique vide ; elle ne viendra qu'en s'attaquant aux racines de l'injustice sociale.
Seule une révolution sociale, qui abattra à la fois l'Etat et la propriété privée, entraînera une véritable égalité sociale et la fin de toutes les hiérarchies. Et ce, à l'échelle de l'humanité toute entière.
Oui, He-YIn Zhen est une noble figure qui mérite d'être revisitée !

Mercredi 16 mai 2018, à 20h30
au Centre Ascaso Durruti, 6 rue Henri René - Montpellier.





« Francisco Ferrer : pour une morale rationaliste, fraternelle et laïque »
Présentation-débat du livre par Sylvain WAGNON, enseignant–chercheur à l’université Paul-Valéry en Sciences de l’éducation

En 2013 déjà, dans notre ouvrage « Francisco Ferrer, une éducation libertaire en héritage » aux éditions ACL, nous avions exploré l’itinéraire de Francisco Ferrer (1859-1909), fondateur et directeur de l’École moderne de Barcelone (1901-1907), afin de comprendre ses engagements pour la transformation de la société par l’école.
Son texte l’École moderne, traduit en français dans son intégralité à cette occasion, éclaire de façon nouvelle sa volonté de ne pas se replier sur une dénonciation de l’école traditionnelle et de l’éducation coercitive mais d’innover pédagogiquement.
Redécouvrir Francisco Ferrer, l’anarchiste, le pédagogue, le franc-maçon et le rationaliste du début du XXe siècle, n’est pas faire œuvre de commémoration pour le « martyr » de la libre pensée, mais il s’agit de replacer sa réflexion et son action dans son contexte.
C’est dans le même esprit qu’aujourd’hui, dans l’ouvrage « Francisco Ferrer : pour une morale rationaliste, fraternelle et laïque » publié en 2018 aux éditions ACL, nous proposons la traduction de son manuscrit « Les principes d’une morale scientifique à l’usage des écoles rationalistes? ». Cet écrit propose une analyse de sa conception de l’enseignement moral et sa volonté de mettre en œuvre une morale rationaliste, fraternelle et laïque qui reste toujours d’actualité au regard des défis auxquels est confrontée aujourd’hui la laïcité.

Mercredi 30 mai 2018, à 20h30
au Centre Ascaso Durruti, 6 rue Henri René - Montpellier.